mercredi 28 décembre 2011

Salle de torture

Comme dans les émissions de télévision, voici un avant-après.

Avant ma vie était terne et sans éclat. Maintenant, depuis que mon sous-sol est terminé et que ma salle de torture est toute belle et fonctionnelle, je rayonne. Les entraînements sont un réel plaisir, je suis aux oiseaux... Bon, t'exagères pas un peu, là?

Avant


Après





N'est-ce pas que c'est mieux ? Et on ne le voit pas mais j'ai une superbe vue... sur la tivi.

Je suis bien contente de ne plus être obligée de pédaler dans mon entrée. Un ami triathlète m'a trouvé un peu dingue de m'être entraînée pendant un mois dans cet espace restreint.

Je lui concède, je suis un peu dingue.

lundi 26 décembre 2011

Enfin les vacances!

Comme ce doit certainement être le cas dans vos chaumières, la dernière semaine avant Noel est une semaine pas reposante. J'ai tout de même réussi à passer au travers malgré les imprévus grâce à mon chum qui m'a rappelé à maintes reprises: Isa, no stress!

Lundi: Congé. Je croyais que Coach me ferait refaire mon test de PAM cette semaine alors j'avais placé une journée de congé avant le test. Mais j'ai fait 30 min. de yoga.

Mardi: Mais non, il n'y avait pas de test au programme. C'était plutôt une séance de vélo pas très difficile 1 h 10.

Mercredi: Course en AM sous le signe de l'appréhension et de la prudence puisque lors de ma dernière séance de course qui remontait à dimanche, j'avais eu des douleurs de style bandelette. Mais en faisant des alternances marche-course, il n'y a pas eu de douleur. 5 k. En soirée, piscine! Et sans ma montre Polar qui a rendu l'âme la semaine dernière, la pauvre! J'ai bien travaillé: 2500 m.

Jeudi: Je tombais en vacances. J'avais beaucoup de courses à faire pour préparer le réveillon. Mais c'est cette journée que Petit Loup a choisi pour tomber malade. Il n'est pas souvent malade mais là, c'était quelque chose. Le planning de la journée a été complètement chamboulé. Ce sont les risques du métier de maman, n'est-ce-pas ? J'ai quand même fini par faire mon vélo vers 21 h 30. Une séance musculaire de 65 minutes dure pour les bandelettes de la vieille. Je devais faire aussi de la muscu mais c'était foutu pour la journée.

Vendredi: Puisque Chum était à la maison en congé, lever du corps très tôt pour aller nager. Je me demandais comment je réagirais, je n'avais jamais sauté dans la piscine à 6 h 30 du matin. Mais j'ai adoré ! Il y avait les nageurs du club de triathlon de mon coin qui nageaient dans les couloirs à côté de moi. Moi, j'avais une séance composée notamment de 3 x (400m pull- 400m cr) au menu. 800 m, c'est long longtemps. Et le refaire 3 fois plutôt qu'une, je trouvais que ça me faisait tout un cadeau ! 3000 m, finalement. En soirée, je devais courir mais la B élançait en soirée. J'ai préféré remettre le tout au lendemain. Popoter, faire du ménage, faire des courses (tout ça debout et en marchant), bin ce sont des actvités qui ont eu raison de mes tites jambes.

Samedi: Lever tôt et course magique de Noël, sans douleur. 6 k. Ensuite, le tourbillon de fêtes s'est emparé de ma maison.

Dimanche: Congé de Noël. Just Dance III avec les enfants pour l'équivalent de 30-45 minutes, c'est-tu du training ça ? Non...mais c'est amusant et j'ai eu chaud!

Natation: 5 500 m
Vélo: 2h15
Course: 11 k
Muscu: oups...
Yoga: 30 minutes

La semaine prochaine, on se repose, on s'entraîne, on étrenne nos cadeaux, on re-popote et on va jouer dehors.

Bonne semaine!

vendredi 23 décembre 2011

Cadeau de moi à moi

Finis Swimsense
Est-ce que vous vous faites des cadeaux, vous ? Des cadeaux que j'appelle de-moi-à-moi. Bin moi, je m'en fais. J'aime m'acheter des petits gugusses d'entraînement pour le plaisir, pour me motiver, pour me récompenser. Il y en a qui s'achète des souliers comme Carrie Bradshaw; mais moi, ma dernière folie c'est une montre pour la natation Finis Swimsense.


Je l'ai commandé le 22 décembre à 5 h du matin. Bin oui, je me suis levée tôt... et je l'ai reçu un peu plus de 24 h après, soit à 10 h ce matin. Quelle ne fût pas ma surprise quand le petit camion de Postes Canada est débarqué dans mon entrée ! Et surtout que ce soit ce que j'avais commandé la veille!!!! Je croyais à un cadeau surprise de la grand-mère ou quelque chose du genre... c'était encore mieux!

Toujours est-il que je capote, j'ai trop hâte d'aller nager.... et de vous faire un compte-rendu. Sans faire de pub, j'ai commandé chez Aquasport, à Montréal. Leur site d'achat en ligne est très bien et ils ont beaucoup de stock, comme des lunettes, différents modèles de paddles (palettes), des beaux sacs, des casques originaux... bon je suis dans l'ambiance des fêtes, moi-là!! Et le service: A1.

Alors, je retourne popoter: je reçois 12 adultes et 8 enfants demain et le 25. Ça va swinguer dans la cabane!   

Joyeux Nowel, gang!

mercredi 21 décembre 2011

Des élastiques pour Mijo

Mijo m'a posé des questions sur les élastiques que les tritahlètes utilisent pour les chaussures de course. Je ne suis pas une spécialiste puisque je n'ai essayé qu'un modèle mais voici ma petite expérience.




Pourquoi des élastiques ?
Pour aller plus vite lors des transitions vélo-course, stafaire! Je le sais, c'tivident mais il faut bien l'expliquer. Lacer des chaussures, ça prend quoi ? 30 secondes ? Bin 30 secondes sur 5 k, ça fait 6 secondes du kilo et vous savez comme moi que pour s'améliorer de 6 secondes du kilo, il faut en faire des kilos de course. Alors, n'attendez pas de vous faire planter bêtement par une souris, achetez-vous des élastiques dès votre première course (et avant pour les essayer évidemment, en faisant vos bricks).

On se les procure où?
Dans les magasins spécialisés qui ont des trucs de triathlon. On peut aussi les commander sur internet: http://www.eurotrishop.com/Xtenex-Laces.html. Le modèle qui est disponible chez Eurotrishop m'intéresse beaucoup. Je vais le commander un moment donné. En passant, j'ai commandé chez Eurotrishop des bas de compression (il ne restait plus de roses, dommage!) et je peux vous dire que point de vue service à la clientèle, c'est assez génial, merci! Retour aux élastiques: voici les résultats du test des lacets Xtenex sur le site Jogging plus.


Est-ce que ça fonctionne bien ?
Oui, il faut enlever les lacets et on lace les élastiques à la place. Je dirais que ça fonctionne un peu trop dans mon cas. Je trouve que c'est un peu serré. Sans bas, c'est ok mais dès que je porte des bas dans ces chaussures, je me sens un peu à l'étroit. C'est pour cette raison que j'aimerais essayer un autre modèle.

Bonne course!

dimanche 18 décembre 2011

Semaine K-O

Les maux qui courent...
quelles sales gueules!
Connaissez-vous les maux qui courent ? Ces maux que les enfants nous apportent de l'école ou qui se cachent sur les poignées de porte du bureau. Bin cette semaine, les maux qui courent m'ont rattrapé. Ils couraient vite en mautadine. Et ils m'ont violemment plaqué au sol. Bang! J'étais K-O: nausées, maux de ventre, fatigue. Rien de bien terrible mais j'ai dû prendre du repos, ce n'était pas la grande forme!

Lundi: Premier round: fatigue. Heureusement, les circonstances familiales et professionnelles ont fait en sorte que j'ai pu faire un ti-dodo en fin d'après-midi et que j'étais en forme pour faire mon vélo en soirée. C'était une séance facile alors ça tombait bien!

 Mardi: Deuxième round: belle journée. Je croyais avoir pris le dessus. J'ai couru tôt le matin 5.5 k. Et en soirée, je suis allée nager 2 400 m. Pas de douleur aux épaules et surtout une séance de nage sans palmes sur de plus longues distances (400-500 m).

Du grrr à la puissance 10
Mercredi: Troisième round: C'était congé pour être en forme pour mon re-test de PAM prévu le lendemain. Mais la nuit de mardi à mercredi fût difficile. Intenses nausées et maux de ventre. Je suis tout de même allée travailler en me disant que ça allait passer.

Jeudi: Pas beaucoup mieux. J'ai finalement décidé d'aller me coucher tôt et ne pas faire mon re-test, avec la bénédiction de Coach. Dodo très tôt, les maux qui courent m'ayant assommé solide! J'étais définitivement K-O. Fin du match, je capitule.

Vendredi: Les vapes se sont dissipées un peu mais ce fût une autre journée de congé forcé. Pas si reposante néanmoins puisque c'était mon party de Noël de bureau. Je voulais quitter tôt et surtout ne pas boire d'alcool pour épargner mon fragile estomac. Finalement, j'ai été sage et bu qu'une demi-coupe de vin. Mais j'ai dansé et je me suis couché vers 23 h 30 au lieu de quitter vers 21 h comme j'avais dans l'idée. Quand même pas si pire.

Samedi: Une grosse journée au menu. Je me suis levée très tôt pour faire mon vélo. 45 min. C'était un entraînement musculaire. J'avais le souffle un peu plus court qu'à l'habitude mais j'ai passé à travers, comme on dit. Ensuite, j'ai accompagné ma fille à la piscine pour 8 h puisque je participais à l'organisation du spectacle de Noël du club de nage synchro et du dîner qui suivait le spectacle. De retour à la maison vers 15 h 30, j'étais pas mal fatiguée. Zzzzzz sur le divan.

Dimanche: La forme est presque revenue à la normale. Course en AM, 5.5 k. En PM, piscine habituelle du dimanche. 2300 m dont 24 x 50m que j'ai fait entre 45 et 47 s. Ça allait très bien ce soir, je nageais bien.

Natation: 4 700 m
Vélo: 1 h 30
Course: 11 k
Muscu: 30 min.

La semaine prochaine, on augmente la durée des séances de vélo à 60 min. Évidemment, c'est Nowel alors le 24 et le 25 seront des journées de congé puisque je reçois ma famille. Je ne sais pas si je vais refaire mon test de PAM, je verrai ça quand je recevrai ma semaine. Et c'est le retour des bricks à compter de la semaine du 26 décembre. J'ai bien hâte car j'adore les bricks.


Joyeuses fêtes à tous!

dimanche 11 décembre 2011

Comme dans le livre

Semaine que je qualifierais de «comme dans le livre». C'était mon objectif de tout faire ce qui était prévu, et surtout, de le faire comme il faut.

Lundi: RV chez la chiro. Elle m'a grastonné la cuisse et m'a rassurée à l'effet que je n'avais pas de fracture de stress. La fracture de stress est une phobie chez moi. Je ne sais pas pourquoi. Pourtant, avec le nb de kilos que je fais...ce serait très surprenant!  Mais une peur, c'est dur à rationnaliser...:)  Elle trouvait bizz la douleur puisque ça se trouve vraiment à l'intérieur de la cuisse. Elle m'a recommandé de me masser la cuisse avec mon foam-roller ou un rouleau à pâte. Après avoir expérimenté les deux engins, le rouleau à pâte est pas mal efficace. Chum s'est moqué de moi! Me rouler la pâte! L'autre recommandation était de reprendre la course si ça ne faisait plus mal. Par la suite, j'ai fait une bonne séance de suintage des toxines sur mon vélo. 45 min.

Mardi: Essai de course au petit matin. Finalement, j'ai alterné 1 min de marche et une minute de course durant 30 minutes puisque je sentais que la cuisse n'en prendrait pas davantage. Dans la journée, ma cuisse m'a rappelé que j'avais couru le matin mais ce n'était pas une douleur très importante. En soirée: Piscine! Encore beaucoup de kick. Mais j'ai senti le résultat de ces nombreuses longueurs à me faire aller les jambes: la sensation d'être davantage propulsée par les jambes. En tout cas, ce fût une bonne séance. 2400m

Mercredi: Je voulais une petite journée, alors il n'y avait que de la muscu au programme.

Jeudi: Test de vélo. 45 min.

Vendredi: Course à pied facile au programme. J'ai retrouvé mes quartiers dans mon sous-sol et par le fait même, mon tapis roulant. Ce fût très agréable! J'ai alterné des cinq minutes de course suivies d' une minute de marche afin de demeurer très prudente avec ma cuisse. Et... il n'y avait presque plus de douleur. J'étais très contente de ce rapide progrès. Ensuite, muscu!

Samedi: Je me suis levée tôt pour faire mon vélo car il y a beaucoup de travail à faire au sous-sol pour replacer et réorganiser l'espace. Encore une bonne séance qui m'a mise de bonne humeur et m'a énergisé pour entreprendre ces travaux.

Dimanche: Course en AM. C'était un lendememain de veille (he oui, la ronde des partys de Noël est débutée...) et j'étais un peu fatiguée. 30 min en alternant 7 min. de course, suivies d'une min. de marche. Aucune douleur dans la cuisse. En fin pm, piscine. J'avais un bon défi au menu puisque je devais compter mes coups de bras durant 20 x 50 m. Je ne réussissais pas toujours à tenir le rythme mais je n'ai pas lâché. 2100 m.

Natation:4500m
Vélo: 2 h 15
Course: 13 k
Muscu: 1 h

La semaine prochaine,  je vais demeurer prudente à la course et... surprise! Je vais refaire mon test de PAM. A suivre...

Pour terminer, un petit montage vidéo de l'équipe française de triathlon.


Bonne semaine!



samedi 10 décembre 2011

Test de PAM

Non, ici on ne parle pas du Pam mais bien de la PAM, soit la puissance aérobique maximale. J'ai fait ce test lorsque j'ai reçu mon arme de destruction massive. Et j'ai refait un autre test cette semaine.

La PAM est la puissance (au sens physique du terme) que vous développez lorsque vous faites un exercice d'une intensité juste assez élevée pour que votre consommation d'oxygène (VO2) atteigne la plus haute valeur possible pour votre système cardio-respiratoire, c'est-à-dire votre consommation maximale d'oxygène (VO2max). On exprime généralement la PAM en watts.

Cet extrait est tiré du livre de Guy Thibault Entraînement cardio sports d'endurance et performance. M. Thibault y explique notamment que la PAM dépend du Vo2max mais également de l'efficacité gestuelle, donc du fameux coup de pédale. Par contre, il semble que l'efficacité de pédalage des cyclistes chevronnés n'est pas réellement plus grande que celle des cyclistes de niveau moyen. Y a de l'espoir!!! 

Pour mesurer sa PAM, M. Thibault indique que qu'un ergomètre à pédale ou à ramer est requis, dans la mesure où l'appareil affiche en temps réel la puissance (watts). Mon arme de destruction massive comporte cette fonction. Il explique un protocole de type palier (ex. monter de 10 w à chaque minute jusqu'à ce que mort s'en suive...:)) qui ressemble sensiblement à celui que Coach m'a fait faire. Et M. Thibault prétend également (et c'est là que c'est intéressant) qu'avec un bon programme d'entraînement, un sportif de niveau moyen peut augmenter sa PAM de 20 à 40 watts dans une saison, selon son entraînabilité.


De la théorie à la pratique maintenant...

Ma PAM était de 200 w lors de mon premier test, il y a de cela 7 semaines. Jeudi soir, je devais faire un autre test pour évaluer mes progrès. J'ai donc procédé au dit test. Mais, je n'avais pas relu les résultats du premier. De plus, Coach m'avait laissé entendre que 20 w serait une amélioration tout à fait possible. Donc, en m'assoyant sur mon vélo pour entreprendre le test, j'avais ce chiffre en tête. Vingt. Watts. J'ai suivi à la lettre les étapes du test et les cadences requises. Rendu à 220 w, j'ai fait 1 minute... 2 minutes... et ensuite j'ai arrêté. C'était difficile et je doutais de me rendre à la fin de la troisième minute. De surcroît, je croyais à ce moment que ma PAM était donc de 230 w et que j'avais atteint mon «objectif». J'étais très contente...mais j'étais dans le champ solide. Lorsque je lui ai transmis mes résultats, Coach m'a rappelé qu'il aurait fallu que je fasse le 3 min au complet pour m'attribuer le 220 w, ce que je n'avais pas fait. Donc, ma PAM est de 210 w selon ce test.

Crotte.

J'étais déçue. Déçue de ne pas avoir regardé les résultats du premier test et de n'avoir pas toughé un peu plus. Croyez-moi, je ne m'y ferai pas reprendre.

mercredi 7 décembre 2011

Ma gang de filles du soccer

NOTE: Ce billet est écrit depuis plusieurs semaines et j'attendais d'avoir des photos de la gang en pleine action pour le publier. Mais à toutes les semaines, j'oubliais ma  foutue caméra. Comme la saison d'automne de soccer se termine, j'ai décidé de le mettre en ligne sans les photos. Désolée les filles!

Nos Patriotes de l'UQTR
Le printemps suivant mon déménagement dans ma ville d'adoption, je me suis mise à la recherche d'une équipe de soccer féminin. Je me disais qu'il devait y avoir dans cette ville un bassin de femmes suffisant pour qu'une telle équipe ou ligue existe. J'ai donc fouillé sur Internet. J'ai fini par trouver les coordonnées d'un responsable d'une ligue d'hommes. Je l'ai appelé en lui demandant s'il savait s'il y avait une ligue de soccer féminin pour adultes. Il m'a alors donné les coordonnées de ma future capitaine.

La ligue s'appelle : Ligue de soccer vétéran féminine. Moi, j'aime l'appeler affectueusement ma ligue de matantes. Ces girls du  jeudi soir sont une vingtaine de femmes de 30 ans et plus, de niveaux différents. Ce sont des femmes vraiment chouettes. Je suis contente d'avoir fait leur connaissance. Les femmes qui jouent au soccer ne font pas partie de la classe des moumounes. Elles n'ont pas peur de se casser un ongle, de suer ou d'avoir l'air folle (oui, on doit avoir l'air folles des fois... surtout moi!). Ça me fait du bien d'aller me défouler avec elles. Il y en a qui ont pas mal de grrr... et c'est l'fun de se mesurer à elles. Il faut dire que dans ma ville, les installation de soccer intérieur sont vraiment géniales, ce qui accroît drôlement le plaisir.

Centre Alphonse-Desjardins

On joue aussi l'été. Mais l'été dernier, je n'ai pas joué. Après tout le temps consacré à l'entraînement, ça me coûtait d'aller me tordre une cheville ou me faire mal à un genou. Parce que le soccer, ça demeure un sport de contacts. Qu'on joue pour le fun ou non. Alors cet automne, j'étais heureuse de revoir cette belle gang de femmes. Même si les capitaines m'ont échangé à l'équipe des Vertes contre un choix de première ronde.... sans m'en parler. J'étais dans l'équipe des Oranges depuis mes débuts. Bin non, je ne leur en veux pas. D'autant plus que nos deux capitaines tiennent à bout de bras l'organisation de cette petite ligue. Merci les filles!

La vie est bonne d'avoir mis ces femmes sur mon chemin. Pour la plupart, je ne les croise pas ailleurs qu'au soccer mais elles sont importantes pour moi. Elles sont comme moi. Avec des enfants, un travail, le goût d'être en forme et en santé. Comme je m'entraîne seule, ce rendez-vous hebdomadaire est sacré: c'est mon sôcial de la semaine.

Mais surtout, c'est une occasion de m'amuser comme un enfant à courir et botter un ballon.

 Et vous, avez-vous un rendez-vous sportif incontournable ?

dimanche 4 décembre 2011

Semaine toute à l'envers

Semaine toute croche, où j'ai tout de même réussi à tirer mon épingle du jeu. L'image que vous voyez à gauche a deux sens: 1- Malgré les imprévus de la semaine, j'ai gardé le moral et  2- J'ai vraiment eu chaud  en vélo. La petite serviette à main, ce n'est pas assez pour éponger la sueur !  
Lundi: Vélo. Une séance assez difficile. 45 min.

Mardi: Course à pied. J'étais contente d'avoir une séance structurée que Coach m'avait préparé. Mais j'ai probablement poussé la note un peu trop. Et je l'avais poussé la semaine précédente aussi. Alors, ça donne ce que ça donne: une petite douleur fatiguante dans la cuisse. 7 k.  

Mercredi: Je devais aller à la piscine mais Chum avait besoin de moi à la maison puisque les travaux du sous-sol battent leur plein. PS Oui, les travaux vont se terminer un jour et ce jour devrait être cette semaine. Bon bin, la madame a décidé de prendre congé et s'est dit qu'elle irait à la piscine le lendemain. Ensuite, elle s'est endormie sur le divan assez tôt, merci! Faut croire qu'elle avait besoin de repos.

Jeudi: Remords parce que j'avais pas fait ma muscu, encore! Donc, lever aux aurores. En soirée, c'était le soccer mais j'avais décidé la veille que je n'irais pas puisque je ne voulais pas courir. Alors, j'ai fait ma séance de vélo du vendredi. C'était difficile mais je pense que je me suis améliorée. 51 minutes.

Vendredi: En soirée, je me suis rendu à la piscine et en arrivant dans le stationnement, il y avait plein d'autobus. Louche... En m'approchant de la porte du CAPS, j'ai aperçu une affiche rouge, signe de mauvaises nouvelles: piscine fermée pour le week-end. Je suis donc retournée à la maison, un peu piteuse de manquer un autre entraînement. C'est assez rare que je rate deux entraînements dans la même semaine (soccer et natation). Je me suis donc mis à réflechir à un plan B.

Samedi: Mon plan B était de faire ma journée du dimanche le samedi. Donc, lever aux aurores pour faire mon vélo. 55 min. A 7 h, le vélo était fait, les exercices de chiro et les étirements en prime! Moi, j'aime bien commencer les journées de cette façon! Vers 8 h 30, j'ai fait la run de lait pour aller mener les filles à la synchro. J'en ai profité pour demander à l'une des coach si elle acceptait que je prenne un couloir en pm. Comme il n'y a 8 filles dans l'eau après 13 h, elle a dit oui. Yes!  Ce fût une bonne séance, difficile. J'ai kické, entre autre, 16 x 50 m et ce, vite (mon vite). J'ai eu chaud et en plus, l'eau de cette piscine est plus chaude que celle où je vais d'habitude. Je n'ai pas réussi à faire tous les 50 m kick dans les temps prévus mais je les ai fait les tabarnouches! Et j'en ai fait un de trop, en prime! 2450 m.

Dimanche: Une bonne séance de vélo en AM. C'est clair qe je me suis améliorée. C'est encourageant.  64 min. En soirée, je ferai encore une fois ma muscu dominicale...

Bilan: Malgré mes deux séances manquées, j'essaie de voir le côté positif en me disant  que j'en ai profité pour me reposer. De plus, ce fût une bonne semaine de vélo: 4 séances. Pour la semaine prochaine, j'espère que je pourrai courir un peu. On verra lundi.

Natation: 2450 m (bouhhh...)
Vélo: 3 h 34
Course: 7 k (re-bouhhh...)
Muscu: 30 min et 30 min à venir.

Et maintenant, pour faire plaisir au lectorat masculin, je vous propose de visionner une journée de training d'Andy Potts.  Car sachez que mon blogue est comme le Secret en bâton: Assez fort pour lui mais conçu pour (et surtout par) elle.


 Bonne semaine !


samedi 3 décembre 2011

Supergirl ou la maladie du déni des bobos

Je suis une genre de Supergirl. Une fille sans histoires, lucide et (relativement) raisonnable au bureau et à la maison.

Mais quand je mets des espadrilles, des souliers de vélo ou un maillot de bain, je me transforme. Il y a quelque chose qui se dérègle dans mon jugement. Je deviens une superhéros, une invincible. Mon discours mental se modifie. Genre: Ça va passer, ça fera plus mal dans 5 minutes. Et quand je parle de mal, je ne parle pas d'avoir la patate qui pompe ou les muscles qui brûlent; je parle de douleur. Des fois, c'est vrai, ça passe. Mais le plus souvent, la douleur revient le lendemain matin ou à la séance suivante. Et des fois, elle s'amplifie, d'autres fois elle disparaît au fil des jours.

Cet été, quand je me faisais traiter par mon physio pour ma B, j'avais mal au coude. Je ne sais pas si c'était en lien avec la natation ou le vélo, mais la douleur était déclenchée à la natation. Bin croyez-le ou non, j'avais honte de le dire au physio. Je le voyais chaque semaine, il aurait pu la regarder, me donner des exercices, me faire un petit traitement, mais non. Je n'en glissais mot. Et je sais pourquoi: pour ne pas passer pour une fille faite en poussière de short. Je ne voulais pas non plus me faire dire de ralentir, que c'était un signe, blablabla...   J'ai fini par le dire à Coach. Et il a modifié les séances de natation et finalement, ça s'est passé. Il aurait été si simple d'en parler avant. Je le sais teelllement que c'est pas fort.

Une vilaine blessure qui guette Supergirl!
Cette semaine, j'ai eu une douleur à la cuisse en courant. Je ne sais pas d'où ça vient. Mais malgré mes expériences des derniers mois, mon petit diable mental me disait : Ça va passer. C'est pas grave, tu peux terminer ta séance. Mon petit ange chuchotait: C'est pas normal cette douleur, arrête ! Rassurez-vous sur ma santé mentale, il m'arrive souvent de comparer mes discours intérieurs à un ange et à un démon qui me soufflent à l'oreille. Je suis tout à fait saine d'esprit, du moins je le pense... Néanmoins, vous avez raison de douter puisque j'ai continué à courir. Le lendemain, c'était sensible. Point positif: j'ai tout de même avouer ma condition la journée même et déclarer à Coach que je ne courrais pas avant d'avoir vu ma chiro lundi prochain. Comme quoi, il y a de l'espoir.

Cet épisode m'a fait penser au livre que j'ai lu en septembre et qui traitait de la récupération. Il y avait dans ce bouquin un tableau qui présentait les différences entre une douleur «normale» et une douleur «avertissement».

Douleur normale

  1. Sur les deux côtés du corps
  2. Dans le centre du muscle
  3. Apparue après un changement dans l'intensité, la durée ou les modalités (?)
  4. S'améliore après le réchauffement
  5. S'améliore de jour en jour
  6. N'affecte par la biomécanique
  7. Généralisé
Douleur avertissement

  1. Sur un côté du corps
  2. Près d'une articulation
  3. Apparu soudainement
  4. Douleur augmente durant l'entraînement
  5. Ne s'améliore pas ou s'aggrave avec les jours
  6. Affecte la biomécanique
  7. Localisé

Ma douleur à la cuisse est définitivement une douleur de type avertissement.

Et vous, avez-vous la maladie du déni des bobos ? Avez-vous des trucs pour en guérir ou c'est un mal chronique ?  Votre avis ?

dimanche 27 novembre 2011

Récapitulatif, semaine du 21 novembre

Cette semaine, l'impression de n'avoir qu'une vitesse, soit SLOW, s'est estompée graduellement. Et je reprends confiance dans mes épaules et mes jambes.

Lundi: Habituel rendez-vous chez la chiro. Course à pied à l'extérieur après. J'étais très en forme, j'avais envie de courir vite. Ça m' a fait du bien au moral. Je suis toujours à 30 minutes continu. 6 k 

Mardi: Vélo du dedans. Encore une fois, très en forme. J'aurais bien aimé continué, ce qui n'est pas peu dire. 45 minutes

Mercredi: Natation. Beaucoup de kick encore une fois cette semaine. L'épaule n'est pas douloureuse. Pas de pincement. Je sens que je peux la faire travailler. 2 100 m

Jeudi: Lever aux aurores pour faire ma muscu que je devais faire mardi. Le soir, c'était ma partie de soccer avec les filles. La madame n'était pas en forme. J'étais pas vaillante. Même pas fait un but. Bouuuuuh!

Vendredi: Lever aux aurores pour faire mon vélo. 45 min. En  soirée, j'ai joué au cobaye avec des chiros pour faire évaluer de mon positionnement en vélo. Très chouette mais ce fût grosse journée!

Samedi: Grasse matinée...heu... pour moi... je me suis levée à 7 h 15. Je suis allée faire ma course à pied en après-midi, ce qui est assez inhabituel ces temps-ci. Même si j'avais un peu mal aux mollets, c'était une belle course, sans problème de B. Yes! 5.8 k Mais... je devais ma muscu après et j'ai procrastiné. Demain...

Dimanche: Vélo tôt le matin. J'avais hâte de voir si j'allais constater des changements suite aux ajustements réalisés le vendredi. Je confirme que quelques millimètres font toute une différence. Il y avait 6 x 1 min difficile et j'étais bien contente d'être passée à travers la séance. 51 min pour être précise. J'avais pensé faire ma muscu après mais ce ne fût qu'une pensée fugitive. Y penser, c'est pas assez! Ensuite, à la fin de l'après-midi, je suis allée nager. Et devinez quoi ? J'ai fait du kick. Pas juste du kick, évidemment, mais c'est ça dont je me souviens le plus. Mes jambes aussi s'en souviennent. 2300 m. Et, tout à l'heure, j'ai inauguré l'une des pièces de mon nouveau sous-sol avec mes graments de muscu. Oui, oui, un dimanche soir! T'avais juste à pas procrastiner.

Natation: 4.4 k
Vélo: 2 h 21
Course: 11.8 k
Muscu: 1 h

Bon, maintenant mes poussinots, voulez-vous voir le vidéo de la semaine? Comme je reprends plaisir à nager avec mon épaule guérie, un p'tit vidéo de natation. Promis, ça va vous donner le goût d'aller nager!


Bonne semaine!

Avoir une fille de 11 ans...

c'est....

Les 4 qui manquent, c'est pas moi qui
les ai mangé, je le jure!
  • Ne plus avoir besoin de faire de dessert puisqu'elle cuisine seule et avec talent. Hier, ce fût de délicieux brownies de Ricardo. Maman a aidé seulement pour la vaisselle. C'tivident!

  • Avoir des chansons de Rihanna dans la tête toute la journée. We found love in a hopeless place....Quel vers d'oreille!

  • Et , c'est ne pas avoir accès à l'ordi de l'après-midi parce que Madame fait une recherche sur les zèbres et fait aussi un powerpoint avec plein d'animations. Donc, maman sèche parce que la priorité, c'est les études. Tu feras ton recap plus tard.

Avoir une fille de 11 ans comme elle, c'est merveilleux!


samedi 26 novembre 2011

Oser

Lundi dernier, j'ai rencontré ma chiro comme à tous les lundis depuis plusieurs semaines. Elle m'a raconté qu'elle donnait des cours à l'UQTR dans le cadre d'un programme court de deuxième cycle en chiropratique sportive. Et que le vendredi suivant, le cours portait sur le positionnement à vélo. 

Tout de go, sans réfléchir, je lui demande s'ils avaient besoin de cobaye. Elle me répond que peut-être, oui, ça pourrait être intéressant.

Il m'arrive souvent de parler trop vite, sans réfléchir vraiment. Oups... vendredi, on m'organisait un 5 à 7 pour souligner mon départ au bureau.

Moi: C'est à quelle heure ton cours ?
Chiro: Si ça marche, il faudrait que tu sois là de 21 h à 22 h.
M: Bon, le 5 à 7 devrait être fini à cette heure.
C: Va falloir que tu t'arranges pour être capable de conduire ta voiture...
M: Bin oui, bin oui...

J'avais vraiment envie de faire évaluer mon positionnement.

Quelque part dans le courant de la semaine, la sécrétaire de la chiro m'a appelé pour me confirmer d'apporter mon vélo, mes vêtements et mes souliers le vendredi soir pour 21 h au local machin-chouette du pavillon XYZ.  

C'est à ce moment que j'ai réalisé que oui, j'aurais une évaluation de mon positionnement. Mais que ça se ferait devant plusieurs personnes, notamment des chiro qui pratiquent et surement des bons sportifs...oups... qu'ils évalueraient mon coup de pédale... re-oups... mon vélo... re-re-oups. Bon. Je me suis engagée alors on ne recule pas.  On verra bien ce qu'ils auront à dire. Si on vaut pas une risée, on ne vaut pas grand-chose. Les avantages compensaient largement ces petits désagréments. Je veux m'améliorer, moi ? Bon bin prends les moyens pour et laisse ton orgueuil au vestiaire.

Le vendredi, j'ai quitté mon 5 à 7 vers 20 h 15. J'avais pris deux verres de vin, j'étais bin correcte. Et j'avais eu beaucoup de plaisir avec mes collègues. Je me suis précipitée chez moi pour me changer et ramasser mon vélo. Et je suis partie en trombe vers l'université qui est à une dizaine de minutes de chez moi.

Arrivée à l'université,  je ne me souvenais plus du no. de local. Pourquoi tu l'as pas noté ? Bin, parce que je pensais que je m'en souviendrais. Tarte! Mais je me souvenais du pavillon. Bravo Isa ! Alors, je rentre dans le pavillon en question, mon vélo sous le bras. Je me promène, enclenche mon écoute supersonique de femme bionique. Tsé, à 21 h un vendredi, c'est plutôt tranquille un pavillon universitaire. Je vais dans un autre pavillon (je me suis peut-être trompée...), monte et descends des étages, toujours avec mon vélo sous le bras... finalement retourne dans le premier pavillon et décide d'aller visiter un autre étage. Là, je stressais. Je m'étais engagée, j'avais confirmé qe je serais là. Je respecte mes promesses, moi. Qu'est-ce que ma chiro va dire ? Elle comptait sur moi...

Puis, bang je suis tombée dessus. Elle me cherchait elle aussi. Je n'étais pas en retard mais j'avais fait mon warm-up. J'avais chaud!!!

Alors, je suis entrée dans le local. C'était comme je pensais. Une quarantaine de personnes, certains qui semblaient être étudiants, des praticiens, un Computrainer, plein de matériel et d'outils de vélo sur le bureau du prof. Je me sentais vraiment comme un cobaye. Le conférencier (si je peux l'appeler ainsi) était Dr L, un Ph. D en kinésiologie, professeur au département des sciences de l'activité physique à l'UQTR.

Dans un premier temps, les étudiants ont observé mon vélo et faisaient leurs commentaires. Sa selle semble trop haute... pourquoi sa selle est penchée par en avant ? ... etc... Ensuite, j'ai enfourché ma monture et ils m'ont regardé pédalé. Ma chiro a expliqué ma petite histoire médicale par rapport à ma blessure. Elle a dit que j'étais très motivée à régler mon problème. Ça m'a fait un p'tit v'lours. Tout de suite, les étudiants ont mentionné que mes bras étaient trop en extension, ce qu'a confirmé Dr L. Et tout ça est vrai. Depuis mon dernier positionnement, je me sentais trop loin des cocottes. Autre commentaire: Je bêchais en pédalant, et je me déhanche légèrement. J'imagine que bêcher voulait dire qu'il y avait un petit côté saccadé à un moment donné de la rotation.

Dr L m'a demandé d'enlever mes souliers et a regardé mes calles.  Oups... elles étaient mal enlignées par rapport à l'axe de la chaussure, le problème étant plus criant sur la chaussure gauche. Ça ne voulait pas dire nécessairement qu'il y avait un problème mais regarde donc ça, j'ai justement un problème de bandelette à la jambe gauche... Je savais qu'il y avait quelque chose à cette calle. Mon conseiller me l'avait dit mais je lui avais dit qu'on corrigerait ça plus tard...

Pour bien enligner mes calles, on m'a ferré comme un cheval avec un système un peu compliqué et je devais pédaler. Les étudiants faisaient encore une fois leurs commentaires sur les modifications à apporter à la calle gauche. Et Dr L a ajusté mes calles. Merci!!!

Ensuite, il fallait mesurer si la selle était à la bonne hauteur et pour ce faire, mesurer mon entre-jambe. Autre petite farce d'un étudiant: Y a-t-il un célibataire qui veut aller lui mesurer l'entre-jambe ? Ah. Ah. Ah. Finalement, c'est celui qui a fait la joke qui est venu prendre les mesures. Tel est pris qui croyait prendre. On a fait ça à la bonne franquette, lui qui mesurait avec un gallon mes jambes, moi qui me squeezait l'anatomie féminine avec un niveau. Très chic de faire ça devant quarante personnes! Avec la mesure de mon entre-jambes, ils se sont assurés que la selle était à la bonne hauteur et ça fittait. Bingo! Ensuite, ils ont mesuré les angles et encore là, j'étais dans le target. J'étais fier de mon vendeur de becyk préféré. Good job, man! Ils ont aussi vérifié le recul de selle avec la méthode du fil à plomb. Encore une fois, l'ajustement était adéquat.

Outil plus élégant
pour mesurer l'entre-jambe
Les recommandations:
  • M'acheter des calles rouges. Elles permettent un flottement latéral du pied de 9 degrés. Actuellement, j'ai des cales grises.
  • Avancer mon guidon de triathlon.
  • Voir si je devrais pas remettre ma selle au niveau.
Très serviable, un monsieur qui semblait être un chiro participant au cours est venu m'aider à avancer mon guidon de triathlon. La position est pas mal plus intéressante.

Plusieurs étudiants sont venus me remercier d'avoir accepté d'avoir joué le cobaye, surtout un vendredi soir à cette heure. J'ai trouvé ça très gentil de leur part. J'ai quitté la salle vers 22 h 45, il ne restait que quelques passionnés qui discutaient ensemble.   Ce fût une chouette expérience!

Ce matin, je me disais que oui, j'ai tendance à me mettre parfois dans de drôles de situations. Mais généralement, ça me permet de sortir de ma zone de confort. Comme l'appel que j'ai fait en juillet 2010 à un entraîneur que je ne connaissais ni d'Eve, ni d'Adam, à qui j'ai dit que je voulais faire du triathlon alors que je n'avais même pas de vélo de route.

Si je n'avais pas oser faire cet appel et embarquer dans cette aventure, vous ne seriez pas en train de me lire aujourd'hui.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles -Sénèque 





dimanche 20 novembre 2011

Puiser dans ses réserves

Non, je n'ai pas puisé dans mes réserves de gras cette semaine; j’ai puisé dans mes réserves de motivation. Pourquoi ?  

1. J'étais fatiguée.
2. Les conditions d’entraînement ne sont pas idéales chez moi en ce moment compte tenu des travaux dans mon sous-sol. Mais ma salle de torture sera encore plus agréable quand ce sera terminé! 

Lundi : RV hebdomadaire chez la chiro. Cette semaine, le devoir est de faire 30 min de course en continu. Mais elle m’a tué quand elle m’a dit que je ne pourrais pas faire d’intensité avant Nowel. My God, c’est long! Elle dit qu’il faut que je me fasse un fond.  Je suis ensuite allée courir dehors. Il faisait si doux! J’ai perdu de la vitesse, je roule à une vitesse un peu trop confortable, mais bon, on ajustera ça plus tard. 5.2 k.
Mardi : Je devais faire de la muscu ce matin-là mais je me sentais vraiment trop fatiguée. J’ai donc fait mon vélo en soirée. 50 min. Pas de tivi, le sous-sol est dans un terrible état. Il y a de la poussière partout mais les travaux progressent bien. Mon arme de destruction massive est protégée par une bâche.

Mercredi : En préparant le souper, je me suis coupée le bout du pouce. Une belle tranche de peau. Beurk! Et ça saignait terriblement. J’hais ça le sang et les blessures. Pour vous le démontrer, une petite anecdote : Il y a deux ans, en allant mener Chum à l'urgence, j’ai perdu connaissance dans la salle de triage. Je me suis fracturée la mâchoire à trois endroits et me suis scrapée quelques dents. Brochée 3 semaines, j’ai dû être ré-opérée pour retirer les vis dans mon menton, vis qui s’étaient infectées.  Bref, de beaux souvenirs. Ah et en passant, mon chum avait (juste) une bonne entorse  :) ! Donc, j’hais le sang. Mon beauf qui fait mon sous-sol a réussi à me taper le pouce et je suis partie à la piscine. Après 20 min où mon épaule a très bien réagi, les pansements ont décollés. NOTE: j'ai ramassé mes plasters dans l'eau. Et ça s’est remis à saigner. Et ça chauffait. Ayoye! Donc, je suis sortie de l’eau en me disant que j’allais me coucher tôt et faire ma muscu manquée le lendemain matin. Sage, non ?  Je n'avais pas bin bin le choix...

Jeudi : Lever aux aurores et installation de mes graments de muscu dans mon salon. J'ai passé à travers. Je trouve toujours ça un peu plate, la muscu. En soirée, game de soccer. J’ai fait un but et j’en ai manqué plusieurs, dont un qui aurait été magnifique! Dommage! Passé proche ne compte pas, comme dirait H., une des filles qui joue avec moi. On s’est fait torcher solide par les Orange. Et on n'avait pas de changement, donc on a joué pendant 1 h sans pause. J’ai bien ri dans les vestiaires après en déconnant avec les filles. C’est bon pour le moral!

Vendredi : Encore un lever aux aurores. J’ai dû monter mon vélo et mon trainer dans l’entrée au rez de chaussée car c’était trop poussiéreux en bas et trop chaud! Ça me tentait pas de tout monter. Mais je me suis donné un bon coup de pied au c... en me disant que j'avais déjà manqué ma séance de natation et qu'il n'était pas question que j'en manque encore une. Alors, j’ai fermé la porte de l’entrée, j’ai ouvert un peu la porte extérieur et je me suis entraînée. 45 min.

Samedi : Course à pied dans des rues inconnues de Sainte-Foy. Pas de GPS, donc pas de distance. Mettons que j’ai couru 5 k. Et j’ai eu un point. Niaiseux comme commentaire mais ça ne m’arrive jamais. J’avais le gros déjeuner de restau qui me pesait dans la bedaine et dans les jambes. Course assez poche mais je l'ai fait!


Dimanche: Levée tôt pour enfiler ma séance de vélo. J'ai essayé de faire ma séance avec mon cuissard Zoot avec lequel je faisais mes bricks cet été. Pas capable de l'endurer. J'ai changé de cuissard après 15 minutes. J'ai fait ma muscu en PM au CAPS pour avoir la paix et de la place. Et ensuite, on saute dans l'eau pour un 2 400 m qui a très bien été même si je sentais que j'avais fait de la musculation: Mes épaules étaient fatiguées. J'ai testé pour vous les pansements imperméables Band-aid. Je n'y croyais pas vraiment mais ça colle en titi et les pansements ont résisté à la séance. La madame était contente !


Course à pied: 10.2 k (le .2 est important au nombre de k que je fais mouahh!)
Vélo: 2 h 20
Natation: 3 400 m
Soccer: 1 h
Musculation: 1 h

Cette semaine, j'aimerais bien reprendre les séances de course plus structurées, mais sans intensité, pour respecter les consignes de la chiro. J'ai demandé à Coach, on verra si c'est possible.  Aussi, j'ai été un peu délinquante sur les exercices de renforcement que la chiro me demande de faire pour mon épaule et ma B. Je fais amende honorable et je vais me reprendre.

Dans un tout autre ordre d'idée, j'ai croisé M. André à l'école de Petit Loup cette semaine. Je lui ai dit que j'aimerais que Petit Loup joue au hockey cossom un jour. Il m'a dit qu'il envisageait prendre quelques jeunes dans les âges de mon fils pour débuter leur initiation. J'étais si contente! Mon fils sera peut-être recruté ! J'ai un petit moton juste d'y penser.

Et pour me (et vous) motiver à faire mon (votre) vélo cette semaine...un vidéo de Mme Corbin. Après avoir visionné ce vidéo, entre vous et moi, je me dis que faire 50 minutes sur le trainer, franchement, y a vraiment rien là...


Bonne semaine à tous !

dimanche 13 novembre 2011

Une belle semaine

Malgré une période particulièrement turbulente pour moi au boulot (un stress très positif, mais un stress tout de même), j'ai eu une assez belle semaine d'entraînement.

Je vais essayer de mettre un peu plus de chiffres pour ceux qui aiment ça. 

Lundi: RV chez le chiro où on a placoté. Super entraînement de vélo de 45 min en écoutant La Galère. Avec mon ancien trainer, c'était difficile d'écouter la tivi, surtout quand je faisais des intervalles. Là, pas de problème. C'est probablement le ventilateur et ma respiration  qui sont les bruits les plus gênants.

Mardi: Course 6k. Cette semaine 2 x (15:1) minutes au programme. C'est l'fun. Je me sens solide. Je n'ai pas de mauvaises sensations de tension. Super!

Mercredi:  Essai de mon nouveau programme de musculation d'une durée d'env. 30 minutes. J'ai rendu mon verdict à Coach et il a fait quelques ajustements. En soirée, 2500 m à la piscine. Beaucoup de kick vite. La madame pompait l'huile. Epaule un peu douloureuse mais rien de majeur. J'ai hâte de m'en sortir...

Jeudi: Ma partie de soccer hebdomadaire a été écourtée. Je me suis moi-même botté le ballon au visage. Ne ne me demandez surtout pas comment, je devais ressembler au Karaté Kid ! Un de mes verres de contact est tombé. Comme je n'avais pas de verre de rechange avec moi,  j'ai continué à jouer mais j'avais de la misère à focuser et je me sentais un peu étourdie. Alors, je trouvais plus sage d'arrêter. Direction la maison. Après avoir mis un autre verre, je suis allé courir mon 2 x 15 min sous la bruine. 5,8 k.

Vendredi: 50 min. de vélo. Au risque de me répeter, tabarnouche que j'aime mon arme de destruction massive.

Samedi: MEGA-journée de malade. Course à pied vers 6 h 30. Oublié de prendre mon GPS. On va dire 5.5 k. J'ai eu la chance de voir le soleil se lever et c'était magnifique. Ensuite, muscu dans mon sous-sol selon le programme modifié par Coach mercredi. La suite de la journée fera peut-être l'objet d'un billet. A suivre.  

Dimanche: 45min. de vélo dans mon sous-sol tropical. On fait le sous-sol et les gars ont monté le chauffage pour faire sécher le plâtre. My God! J'ai sué! J'ai trouvé la séance difficile, malgré le bon ventilateur qui me rafraîchissait un peu. Mes jambes tremblaient quand je suis débarquée du vélo. Ma B m'a fait un clin d'oeil durant les derniers intervalles. Shit. Je l'ai bien étiré après et glacé. La fatiguante. Tsé, c'est dimanche, a peut pas rester coucher comme le monde normal ?  En PM, 2500 m de natation dans un couloir hyper-bondé. J'ai souri en retouvant ma championne de la semaine dernière qui a fait une autre course avec moi. Trop mignonne la petite. Je l'ai rattrappé sur le dos et quand elle m'a vu, elle a switché sur le dos elle aussi. Je mettrais ma main au feu que c'était pour faire comme moi. Je lui ai dit de bouger davantage les bras, ce qu'elle s'est empressé de faire. De la graine de championne, je vous le dis.

Natation: 5 000 m
Vélo: 2 h 20
Course: 17.3 k
Muscu: 1 h

Bilan de mes objectifs de la semaine dernière côté nutrition:
1. Collations post-entraînement. Très bien !
2. Collations PM: Une belle amélioration et ça s'est nettement répercuté à l'heure du souper.
3. Bonbons: Uhm... après un début de semaine exemplaire, légère rechute vendredi. C'est la faute des Rockets.

Pour la semaine prochaine, on consolide.

En terminant, j'ai envie de vous faire rigoler un peu avec ce petit vidéo sans prétention sur le triathlon. Çe vidéo me fait sourire. C'est comme un ode aux GA (groupe d'âge): tsé, le vrai monde qui fait du triathlon ! Ça me rappelle le plaisir de nager, rouler et courir. Trop drôle!


Bonne semaine!

mercredi 9 novembre 2011

Comment tu fais ? La suite...

En ma tapounnant la B, la chiro m'a demandé l'autre jour comment je faisais pour m'entraîner tant d'heures. Premièrement, je dois dire que je ne fais pas tant d'heures. Mais ma chiro est une maman et une très bonne coureuse. Je crois qu'elle comprend bien les astuces d'organisation qu'on doit déployer pour consacrer du temps à d'autres choses qu'à la famille et au travail.

Tout d'abord, je lui ai répondu que j'aimais bien être conséquente. J'ai demandé de l'aide à un entraîneur. Je lui transmets mes disponibilités à chaque semaine pour qu'il ajuste mes entraînements en fonction de mon emploi du temps et de mes contraintes familiales. Il prend du temps chaque semaine pour répondre à mes questions et préparer ma semaine qui est adaptée à mes besoins. Me semble que la moindre des choses est de faire ce que je lui ai demandé de me faire faire, non ?  En d'autres termes, si ça me tente pas de m'entraîner, j'ai juste à lui dire et je ne recevrai pas de programme pour ma semaine. Simple, non ? 

La chiro m'a aussi demandé: Quand est-ce que tu t'entraînes ? Sur semaine, c'est souvent le soir quand les enfants sont couchés. Ou du moins quand mon gars est couché. Mais tu dois manquer d'énergie à cette heure ? Des fois, mais une fois embarquée sur le vélo ou sortie dehors pour courir, l'énergie revient. Quand je suis vraiment fatiguée, je me couche 15 min après le souper pendant que fiston écoute la tv. Méchante maman indigne!

Un peu plus tard, elle me dit: T'aimerais pas ça aller t'entraîner à la natation avec le club de triathlon ? Mets-en, que je lui réponds. Mais à 6 h 30 le matin, je fais les lunchs. Et si j'allais à la piscine à 6 h 30, j'arriverais à 8 h à la maison pour aller mener mes enfants à l'école ? Ça ne rentre pas dans mon horaire! Je lui ai demandé quels étaient triathlètes du club qui avaient des enfants d'âge scolaire qui s'entraînaient dans le club. Elle dit: Il y en a beaucoup.... et nous avons entonné en choeur : Mais c'est juste des gars ! Elle m'a dit qu'à sa connaissance, il n'y a pas vraiment de femmes avec des jeunes enfants dans le club qui s'entraînent le matin. On a bien ri.

Ce fût une chouette discussion. Elle est sympa cette chiro.

dimanche 6 novembre 2011

P'tite vie

Rien de très marquant cette semaine. J'ai malheureusement abusé un peu des bonbons récoltés par mes petits Halloweeneux. Je mange un peu de leurs friandises, mais je le fais pour leur bien...Michante maman!
Les Reese's, c'est mortel!
Côté entraînement...
Lundi: Course et rv chez le chiro. Elle était très contente de voir que la technique Graston avait été efficace, alors on a remis ça. Un mot: ayoye.
Mardi: Vélo. J'ai pu constater à quel point les intervalles seraient souffrants cet hiver. C'est vraiment différent que de fonctionner avec les fréquences cardiaques comme avant.
Mercredi: Course. Cette semaine, je dois faire des 3 x (10:1). Correct. J'ai commencé à pousser un peu plus, et la B suit bien.
Jeudi: Très bonne game de soccer. J'étais très en forme. 3 buts!
Vendredi: Natation 2 400 m. J'étais déçue de moi: 1- J'ai eu de la difficulté à respecter les pace inscrits. J'allais un peu trop vite. 2- J'ai eu mal à l'épaule. J'ai pensé à quelques reprises à arrêter mais je me disais que c'était pas si pire 3- Je pompais à rien, j'avais l'impression de nager mal et de ne pas tirer pantoute. Bref, je me sentais poche. Voilà.
Le foam-roller: l'ami des sportifs!
Samedi: Vélo. Des intervalles mais beaucoup moins rushant que mardi. L'épaule se portait pas si pire. Je me suis foam-rollé le haut du dos, ce qui fait beaucoup de bien et en me contorsionnant un peu, j'ai foam-rollé mon épaule gauche.  A force de l'utiliser, mon foam-roller est rendu ovale. Je vais devoir penser m'en procurer un autre.
Dimanche: Course en avant-midi, petit 6.5 k. Je commence à oublier la B quand je cours. Bonne affaire! En PM, 2300 m à la piscine. Ma nageuse synchro préférée (ma fille!) m'a accompagné. Et moment cute: Une petite fille de 5-6 ans a fait un 50 m avec moi dans le couloir. Elle était très fière d'avoir fait une course. L'épaule ne m'a pas trop achalé. Et la madame a mieux respecté les paces.


Dans un tout ordre d'idées, voici ce qui a rythmé ma course à pied en jouant en boucle sur mon Ipod. Note: Baissez le son de votre ordinateur, ça peut écorcher les oreilles au début.


Finalement, Coach m'a recommandé de placer 3 séances de vélo pour les prochaines semaines et de penser peut-être réduire à 2 séances de course + le soccer. Pas de problème!  C'est aussi cette semaine que je reprends la muscu (2 x 30 minutes) Pour les plus attentifs, vous aurez noté qu'il n'y a pas de journée de congé dans ma semaine. Ce n'est pas très difficile pour l'instant et je n'en sens pas du tout le besoin. Mais...quand même...j'ai demandé conseil à Coach sur la question.  

Cette semaine, emphase nutrition. Retour à un peu de discipline :
  • Du côté des collations post-entraînement: Je me disais que j'en avais pas besoin parce que mes séances sont courtes. Mais... non. Exemple, samedi, je n'en ai pas pris et j'ai super mal mangé par la suite parce que j'avais trop faim.
  • Du côté des collations d'après-midi: Je dois les prendre même si j'ai plus ou moins faim sinon, je suis affamé au souper. Trop affamé.
  • Et slack les bonbons, la mère.
Pour terminer, un peu de motivation en ce mois de novembre...


Bonne semaine!

dimanche 30 octobre 2011

C'est reparti!

C'est officiellement cette semaine que j'ai repris l'entraînement. Ce fût une belle semaine, pas très difficile.

Lundi: Après m'être fait gastronné, j'ai fait ma course à pied selon la durée prescrite par la chiro. Super sensations. Super le fun.
Mardi: Test de vélo. Ma PAM est de 200 watts. Je vais devoir m'habituer aux fonctions de mon trainer. Je commence juste à comprendre le fonctionnement de mon arme.
Mercredi: Course à pied, encore une fois selon la progression prescrite.  Une autre belle séance. Ça commence à être encourageant, mon affaire.
Jeudi: Soccer avec ma ligue récréative féminine. Un but, yeah! et quelques assists. Je me sentais pas mal en forme. J'avais du spring dans les jambes.
Vendredi: Un premier vrai entraînement de natation: 2 200 m avec un peu trop de kick à mon goût mais sans intensité. Sauf que même sans intensité, le kick, c'est cruel! Les épaules ont bien réagi, elles tournaient un peu carré à l'occasion mais tout de même, il y a une grande amélioration et je n'ai aucune douleur post-entraînement.
Samedi: Une autre belle sortie de course à pied à l'extérieur où je n'ai pas eu peur que ma B me fasse mal, où je n'ai pas senti de tension. J'avais les jambes un peu lourdes à cause du kick de la veille, je pense. Mais rien de si terrible.
Dimanche: Un entraînement de vélo adapté en fonction de ma PAM. Premier entraînement avec le wattage. J'ai bien aimé ça. Ça m'a donné de l'énergie pour la journée. Et pour me délier les jambes en pm, un p'tit 2000 m de natation que j'irai faire tantôt.

Je dois viser pour les prochaines semaines faire au moins 2 séances par sport. Cela veut dire 2 séances de vélo, 2 séances de natation, 3 séances de course + ma game de soccer hebdomadaire. Donc environ, 7 heures d'entraînement. Ça va être bin bin correct pour tout de suite. Ça me permet de reprendre tranquillement le beat de placer ces heures dans l'horaire familial. Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Maintenant, j'ai hâte de faire des vrais entraînements de course. Avec des temps, des vitesses précises, des intervalles. Je suis maso peut-être, mais j'ai hâte de souffrir un peu! Je commence à me sentir guérie. Je ne sais pas si c'est un l'effet placebo de Gastron (c'est fort le mental) mais je n'ai pas eu mal au genou de la semaine. Ma B a très peu tiraillée. Si c'était vrai ? Si tout ça était finalement derrière moi ? Ça fait plus de 6 mois que je traîne cette blessure... que je fais du rulk (run + walk), des progressions, des retours en arrière, des étirements, alouette! On verra bien...

Et qu'est-ce la semaine prochaine m'apportera ? Des bonbons, bien sûr ! Amusez-vous bien parce que...





mercredi 26 octobre 2011

Ton garçon fait-il du sport ?

Il m'est arrivé à plusieurs reprises de me faire demander si mon garçon faisait du sport. Vous savez que mon Petit Loup a une déficience intellectuelle. Il ne parle pas vraiment mais il communique avec ses yeux, des sons et ses mains. Il sait se faire comprendre et s'il pouvait parler, je crois qu'il serait intarissable.

Ce n'est pas évident de se faire poser cette question. Des fois, je réponds non. Les gens ne comprennnent pas, me regardent avec des points d'interrogation dans les yeux. Comment une maman active peut avoir un enfant de 8 ans qui ne pratique pas de sport ? Des fois, quand je feele bien, j'explique pourquoi. Malaise. Ah ok... Cette question et la réponse me rappellent que non, il ne peut pas jouer au hockey, au soccer, ou faire d'autres sports organisés. C'est comme une petit piqûre sur une plaie qui s'est tout de même cicatrisée avec les années. Mais il n'est pas inactif pour autant. Il a un vélo adapté, il fait plein de jeux actifs à son école et il adore nager. Maman est pas mal fière parce qu'il est plutôt bon nageur compte tenu des difficultés qu'il a.

Aussi,  M. André a organisé une ligue de hockey cossom pour les ados à l'école de Petit Loup. Eh oui, à l'école de mon fils, il y a des jeunes de 4 à 21 ans! Je dis souvent à mon garçon que lorsqu' il sera grand, il va pouvoir jouer dans l'équipe de M. André. J'espère que cet homme dévoué sera encore à l'école à ce moment. J'aimerais tant que Petit Loup puisse jouer au hockey...

Merci M. André pour ce que vous faites et merci à tout le personnel de l'école de Petit Loup.

lundi 24 octobre 2011

Graston

Cette semaine, mon chiro a sorti l'artillerie lourde pour traiter ma bandelette rebelle, que j'ai baptisé ma B. Je ne sais pas pourquoi je fais tant de références militaires ces temps-ci...

 La chiro m'a appliqué une crème sur la cuisse et s'est mis à me gratter la B. avec un espèce de couteau en acier inoxydable. Ça s'appelle la technique Graston. Oh que ça faisait mal. Ma B avait tiraillé suite à une journée de réunions et à 4 heures de route. Suite au traitement, elle s'est vraiment détendue. Magie!

Heu non, ce n'est pas ma cuisse...

Et cette B toute relaxe m'a ensuite permis  d'attaquer mon 10 x (3 min course et 1 min marche). C'était très agréable de courir ainsi. Ça faisait longtemps que je n'avais pas eu de si bonnes sensations à la course.

Je sens que Graston et moi, on est fait pour s'entendre. 



samedi 22 octobre 2011

Arme de destruction massive

Ça faisait quelques semaines que je l'avais commandé. Et je l'ai enfin reçu cette semaine. Voici la bête en question. Elle semble inoffensive. Mais bien utilisée, elle devrait se transformer en une arme puissante pour améliorer mon vélo. Le roulement est super comparé à mon ancien trainer. Je n'ai pas encore eu le temps de me familiariser avec toutes les fonctions mais je pense que je vais suer en titi....


Ma salle de torture est donc complète.



L'équipe de mon vendeur de becyk préféré a été géniale. Je leur ai laissé mon vélo jeudi et ils ont monté le trainer, fait les ajustements requis et service suprême, m'ont patenté un espèce de support sur mon guidon de triathlon pour installer le petit ordinateur. Cool!



Vendredi midi, je suis passée à la boutique. Vendeur m'a expliqué le fonctionnement de la bête. Il a pris pas mal de temps pour procéder à quelques ajustements pour mieux me positionner sur mon vélo. Nous avons convenu que je passerais l'hiver sur les cocottes, pas de position contre-la-montre pour moi!

J'ai bien hâte maintenant de savoir quels seront les entraînements que je ferai avec mon arme de destruction massive. Je suis très motivée à améliorer mon vélo cet hiver puisque c'est définitivement mon point faible.

Tapis ? Installé!
Trainer? Installé!
Lancez l'assaut !